L’Ordinaire Humain (Poésie)

 

Tous deux étaient émaciés,

Brunis par les chaleurs,

Secs, appauvris, brûlés.

 

L’homme souriait à l’objectif,

De ce sourire que la misère ordinaire

Adresse à la fatalité immuable

Du destin d’humain,

Être anonyme entre tous.

 

La femme avait rêvé

Un autre destin que le service

D’un mari, le ménage et le quotidien

D’une existence de troisième zone.

 

Mais voilà, personne ne décide de son destin ;

Et la masure derrière eux, la crasse, l’étoffe

Usée, les traites pour l’hôpital,

Ce décor de désarroi et d’impuissance

Sont inamovibles, irrévocables.

 

Ils étaient fatalistes et la femme me disait,

Comme pour me décharger de ma pitié :

Ça va aller, ne surtout pas se décourager,

C’est ce qu’il faut toujours se répéter.

Il faut se battre et garder espoir ;

Le reste, tu sais, c’est la vie.

 

Par Tinfinsi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s